Comment dessiner des fleurs à l'aquarelle

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Introduction


Ci-contre, la vidéo de la représentation d'un bouquet de fleurs à l'aide de l'aquarelle. Tout d'abord, pour les novices qui voudraient se lancer dans cette aventure sans avoir de grande connaissance du dessin, je leur conseille vivement de s'attacher au fait que le dessin est d'une très grande importance, même si dans les quelques représentations des bouquets ci-contre, je n'ai point utilisé un quelconque autre moyen que celui de l'eau et de la peinture aquarelle.
En effet, le dessin est la cheville ouvrière de tout ce qui engendre les représentations de nature morte, paysage, modèles ... Avec le temps les justes proportions deviennent une qualité innée qui vient plus de l'instinct que de la réflexion, même si l'art reste tout comme le rire, le propre de l'homme.
C'est pourquoi avant débuter un croquis léger et précis peut s'avérer d'une grande utilité.

 

fleurs

Le Matériel

En règle générale, tout commence par le choix des matériaux. Quelques-uns d'entre-nous s'avèrent souvent perdus dans les rayons d'un magasin de fournitures pour artistes face à l'énorme choix de couleurs, de papiers, de pinceaux et autres accessoires

La couleur


Avant d'entamer vos achats, sachez que la palette de tout bon aquarelliste s'avère relativement restreinte. Il existe un grand nombre de couleurs divisé en deux groupes : les couleurs chaudes et les couleurs froides. Au début, limitez votre choix de couleur en ce qui concerne les tons chauds à un jaune de cadmium, un jaune indien, un ocre jaune, un rouge de cadmium,un rose véritable, un rouge alizarine, une terre de Sienne brûlée. Pour les couleurs froides : un bleu de cobalt, un bleu de Prusse, un bleu indigo, un vert phtalocyanine, un vert permanent, un noir de mars. Pour le blanc qui est une nuance qui normalement ne devrait pas être présente sur la palette on se contentera d'une gouache de qualité, le blanc en aquarelle doit être celui du papier.
Sachez que les couleurs sont fabriquées à base de liant et de pigments, certaines couleurs sont très coûteuses, je pense au bleu de cobalt, au rouge de cadmium,... De plus, les pigments ont des pouvoirs couvrants et des résistances à la lumière différents, ce sont ces éléments qui justifient leur gamme de prix. N'oubliez pas que toutes ces couleurs peuvent se mélanger entre-elles et se transformer en d'autres.

Pour la marque, libre à vous de la choisir en fonction de vos moyens et de vos goûts. Personnellement, j'achète beaucoup de pigments "Sennelier" et j'utilise un liant aquarelle en y ajoutant des doses de gomme arabique en rapport avec la transparence que je veux obtenir. Par exemple, les ocres et beaucoup d'autres couleurs chaudes ont tendance à être trop couvrant, les tons sont lumineux, cependant pour obtenir des glacis d'une transparence profonde mieux vaut ajouter du liant et de la gomme arabique selon ses désirs.

 

.

fleur bouquet

Le papier

Le papier n'échappe pas à l'étendue du choix. Le papier aquarelle a toutes les qualités necessaires pour la bonne exécution de ce type d'expression. Beaucoup de marques sont proposées, il faut s'en tenir à la qualité. Un papier de qualité est un papier épais d'un minimum de 300 grammes qui a une bonne tenue. Diverses textures de papier existent les grains "torchon", les grains moyens, les grains fins, ... Il faudra choisir selon les effets et la précision de travail que l'aquarelliste voudra obtenir. Le papier est disponible en feuilles volantes, en carnet, en bloc collé, en bloc broché, ... Pour commencer vos premier essais mieux vaut s'excercer sur du papier aquarelle d'étude. La marque Fabriano et la marque Canson proposent d'excellents papiers de ce type. De plus, les formats proposés conviennent bien aux débutants.
Mieux vaut tendre son papier sur une planche de bois à l'aide de bandes de papier collant de type Kraft ou de la marque Tesa (c'est celle que les peintres du bâtiment utilisent pour leur travaux de décoration). Ce procédé servira à éviter des retenues d'eau provoquées par le gondolement du papier. Dans le cas de l'utilisation du "Tesa", celui-ci pourra servir de masking afin de garder des marges blanches d'une taille adaptée à vos désirs.

 

 

fleur-1

La réserve blanche


Les aquarelles dignes de ce nom, devraient normalement, sauf exception comporter des réserves blanches. Les réserves doivent être épargnées par le pinceau afin de laisser toute son intégirté à la blancheur du papier. Ceci peut se s'effectuer, au liquide de masking, au papier de masking, à la cire blanche de type bougie, à la cire d'abeille, en utilisant des caches. Dans une aquarelle le blanc du papier sert à entretenir la légèreté et à faire pénétrer la lumière dans le sujet ou dans le cadre du format...

 

 

 

fleurs aquarelle

Pour commencer


On distingue deux grandes techniques : le travail sur papier à la détrempe et le travail sur papier sec. Dans les cas ci-contre, je démarre dans un premier temps à la détrempe pour terminer par deux étapes sèches.

Tout d'abord, je construis un fond relativement aléatoire où je laisse pénétrer la lumière. Sur ce fond à considérer comme une détrempe légère, j'installe une première ébauche du bouquet qui s'étend et se lie au fond. J'utilise des couleurs fortement diluées et transparentes, A terme, elle induiront la la légèreté des pétales de l'arrière-plan. C'est à ce moment-là que doivent s'élaborer la composition et l'équilibre général dans le format. Après séchage, on poursuiot la  composition en travaillant toujours du clair vers le foncé. N'oublions pas les dégradés vers la transparence ou vers la couleur.

 

fleurs

Le contraste de la couleur


Au fur et à mesure de l'avancement du travail, il faut pouvoir associer la légèreté des tons et la puissance des contrastes. Sur les images ci-contre, j'ai associé à chaque fois, la copie désaturée de l'aquarelle originale en couleur. En effet, ces copies en noir et blanc permetent de mesurer la qualité des contrastes en observant la totalité de la gamme de gris utilisée. Les jaunes peuvent s'associer au blanc, les rouges aux noirs. L'idéal est d'obtenir une gamme de gris très riche dans ses valeurs. Pensez à la beauté d'une photographie traitée en noir et blanc et à la richesse de ses gris.

Une chose importante est de voir ce qui ce passe autour du sujet. On peut nommer cette action la peinture du négatif. Ceci permet de faire ressortir des avants-plan en insistant sur les arrières-plan. Dans les cas décris ci-contre le sujet est totalement issu de l'imagination ce qui n'empêche pas de travailler rapidement comme dans le cas du traitement d'un véritable bouquet.

En conclusion

Dans le cas de l'aquarelle, on ne peut dès les premières études atteindre la perfection. Nous devons tous reconnaître nos inexpériences et nos erreurs.

Pour éviter quelques erreurs, une grande importance réside dans l'élaboration et la création des valeurs. Celles-ci, dans ce type de travail doivent s'avérer exactes et seront obtenues à force de retouches et d'essai sans tomber dans la surcharge qui assasine la beauté de couleur. Les couleurs doivent se conserver fraîches et justes. La justesse des coloris est de première importance.

L'aquarelle demande à être traitée largement dans la simplicité. Appliquez-vous à voir les détails principaux du sujet alors que l'oeil en détecte une multitude. Minutie et précision peuvent devenir des freins à la réussite de l'aquarelle. N'oublions pas de cligner de l'oeil pour percevoir l'essentiel. Il faut savoir se ménager de courtes pauses, lorsque l'on revient au travail les défauts apparaissent mieux à la reprise. Entamez chaque aquarelle sans vous référer aux productions antérieures, le résultat risque d'être inférieur à vos espérances.

Adoptez et libérez vos inspirations, lorsque vous aurez acquis la possibilité d'une certaine liberté de travail, sans oublier les règles qui régissent le travail à l'aquarelle. Observer le travail des autres, essayer de disséquer leurs méthodes, leurs techniques, les manières qu'ils utilisent. Enfin, considérez l'aquarelle comme un art à part entière et non comme un amusement de salon de thé (je pense à la partie consacrée à madame de Villeparis dans "A la recherche du temps perdu de Marcel Proust). L'aquarelle est une ferveur et une passion pratiquées comme tous les arts avec beaucoup d'enthousiasme.


Accueil - Art-thérapie - Memoire - Land-Art - Land-Art-2 - Land-Art-3 - Land-Art-4 - Expositions - Photos - Contact - Installation-1 - Installation-2 - Liens - Cv - Fonds d'écran - Galerie - Dessins - Gravures - Peintures -Aquarelles - Logogramme - Le papier - L'Ex-libris - Suminagashi - Le Sumi-e - Feutres - La tactigraphie - Le paysage - Le paysage 2 - Cours Dessin - Chromatique - Kleurdag - Fournitures - Glossaire - LittératureL'acrylique - Le fusain - L'encre - Le pastel - sanguine - Lavis - La tempera - La gouache - L'huile - L'aquagraphie - Les News



Je cherche



Je m'abonne au flux RSS
Voir le profil de Bruno Bruno Groensteen sur LinkedIn
Info
La peinture à l'aquarelle doit s'avérer nerveuse et rapide, surtout dans la représentation de fleurs. En effet, c'est une nature morte que l'on peut qualifier de vivante, le lendemain les fleurs peuvent être fanées et la lumière différente.