Les textures et les matières dans la peinture à l'aquarelle

Les Textures et matières en aquarelle


Tout d’abord, je vous parle du papier. La qualité du papier et sa texture un des éléments essentiels dans l’élaboration d’une aquarelle.
Pour éviter toute confusion, je dois scinder ce sujet en deux parties.
1) La texture physique est la texture que vous pouvez réellement sentir avec le toucher. L'accumulation de peinture, glissant de pastel sec, la superposition de collage - toutes les choses qui changent la nature de la surface des papiers et bien sûr le papier en soit.
2) Ensuite je peux aborder la texture visuelle qui est l'illusion de texture physique, créé avec les matériaux que vous utilisez. La peinture est manipulée pour donner l'impression de la texture, tandis que la surface du papier reste lisse et plate (selon sa qualité et son grain).
L’aquarelle qui est une technique assise sur les transparences utilise peu de texture physique autre que la rugosité du papier. C’est pourquoi l’utilisation d’une technique mixte permet de combiner les avantages à capter dans la texture physique et aussi bien que dans la texture visuelle.
La texture est souvent quelque chose qui trouve son chemin dans une aquarelle au travers de la spontanéité relative à une action accidentelle, c’est la particularité des techniques mixtes. Bosse, creux, peluches, chiffonnage et éraflures apparaîtront un peu partout, souvent ils n’ont aucun lien avec la peinture. Cependant, ne pas en abuser est la meilleure façon d’atteindre l’authenticité en laissant de côté une tendance à la confusion.
Certains papiers aquarelle fortement texturés peuvent avoir une influence impérieuse sur une aquarelle.
La texture peut avoir plus d'impact par la cohabitation de zones de relief contrastées avec des zones ordonnées apportant des zones lisses de repos visuel. Ces différentes zones entretiennent le plaisir des yeux

 

La réserve blanche


Les aquarelles dignes de ce nom, devraient normalement, sauf exception comporter des réserves blanches. Les réserves doivent être épargnées par le pinceau afin de laisser toute son intégirté à la blancheur du papier. Ceci peut se s'effectuer, au liquide de masking, au papier de masking, à la cire blanche de type bougie, à la cire d'abeille, en utilisant des caches. Dans une aquarelle le blanc du papier sert à entretenir la légèreté et à faire pénétrer la lumière dans le sujet ou dans le cadre du format...

.

Pour commencer


On distingue deux grandes techniques : le travail sur papier à la détrempe et le travail sur papier sec. Dans les cas ci-contre, je démarre dans un premier temps à la détrempe pour terminer par deux étapes sèches.

Tout d'abord, je construis un fond relativement aléatoire où je laisse pénétrer la lumière. Sur ce fond à considérer comme une détrempe légère, j'installe une première ébauche du bouquet qui s'étend et se lie au fond. J'utilise des couleurs fortement diluées et transparentes, A terme, elle induiront la la légèreté des pétales de l'arrière-plan. C'est à ce moment-là que doivent s'élaborer la composition et l'équilibre général dans le format. Après séchage, on poursuiot la  composition en travaillant toujours du clair vers le foncé. N'oublions pas les dégradés vers la transparence ou vers la couleur.

 

Le contraste de la couleur


Au fur et à mesure de l'avancement du travail, il faut pouvoir associer la légèreté des tons et la puissance des contrastes. Sur les images ci-contre, j'ai associé à chaque fois, la copie désaturée de l'aquarelle originale en couleur. En effet, ces copies en noir et blanc permetent de mesurer la qualité des contrastes en observant la totalité de la gamme de gris utilisée. Les jaunes peuvent s'associer au blanc, les rouges aux noirs. L'idéal est d'obtenir une gamme de gris très riche dans ses valeurs. Pensez à la beauté d'une photographie traitée en noir et blanc et à la richesse de ses gris.

Une chose importante est de voir ce qui ce passe autour du sujet. On peut nommer cette action la peinture du négatif. Ceci permet de faire ressortir des avants-plan en insistant sur les arrières-plan. Dans les cas décris ci-contre le sujet est totalement issu de l'imagination ce qui n'empêche pas de travailler rapidement comme dans le cas du traitement d'un véritable bouquet.

En conclusion

Dans le cas de l'aquarelle, on ne peut dès les premières études atteindre la perfection. Nous devons tous reconnaître nos inexpériences et nos erreurs.

Pour éviter quelques erreurs, une grande importance réside dans l'élaboration et la création des valeurs. Celles-ci, dans ce type de travail doivent s'avérer exactes et seront obtenues à force de retouches et d'essai sans tomber dans la surcharge qui assasine la beauté de couleur. Les couleurs doivent se conserver fraîches et justes. La justesse des coloris est de première importance.

L'aquarelle demande à être traitée largement dans la simplicité. Appliquez-vous à voir les détails principaux du sujet alors que l'oeil en détecte une multitude. Minutie et précision peuvent devenir des freins à la réussite de l'aquarelle. N'oublions pas de cligner de l'oeil pour percevoir l'essentiel. Il faut savoir se ménager de courtes pauses, lorsque l'on revient au travail les défauts apparaissent mieux à la reprise. Entamez chaque aquarelle sans vous référer aux productions antérieures, le résultat risque d'être inférieur à vos espérances.

Adoptez et libérez vos inspirations, lorsque vous aurez acquis la possibilité d'une certaine liberté de travail, sans oublier les règles qui régissent le travail à l'aquarelle. Observer le travail des autres, essayer de disséquer leurs méthodes, leurs techniques, les manières qu'ils utilisent. Enfin, considérez l'aquarelle comme un art à part entière et non comme un amusement de salon de thé (je pense à la partie consacrée à madame de Villeparis dans "A la recherche du temps perdu de Marcel Proust). L'aquarelle est une ferveur et une passion pratiquées comme tous les arts avec beaucoup d'enthousiasme.

train et aquarelle

texture groensteen

 
 

Accueil - Art-thérapie - Memoire - Land-Art - Land-Art-2 - Land-Art-3 - Land-Art-4 - Expositions - Photos - Contact - Installation-1 - Installation-2 - Liens - Cv - Fonds d'écran - Galerie - Dessins - Gravures - Peintures -Aquarelles - Logogramme - Le papier - L'Ex-libris - Suminagashi - Le Sumi-e - Feutres - La tactigraphie - Le paysage - Le paysage 2 - Cours Dessin - Chromatique - Kleurdag - Fournitures - Glossaire - LittératureL'acrylique - Le fusain - L'encre - Le pastel - sanguine - Lavis - La tempera - La gouache - L'huile - L'aquagraphie - Les News



Je cherche



Je m'abonne au flux RSS
Voir le profil de Bruno Bruno Groensteen sur LinkedIn
Info
La peinture à l'aquarelle doit s'avérer nerveuse et rapide, surtout dans la représentation de fleurs. En effet, c'est une nature morte que l'on peut qualifier de vivante, le lendemain les fleurs peuvent être fanées et la lumière différente.